découverte,  Non classé

L’installation de l’ébénisterie du loup blanc

Cela n’a pas été une mince affaire. Une fois les machines posées il ne m’a pas fallu 1 jours, 3 jours, mais 3 semaines !!! 3 semaines pleines avec des journées interminables à courir partout et essentiellement manipuler des tuyaux d’aspiration à 3mètres 50 de hauteur. Ces tuyaux et cette aspiration je m’en souviendrais très, mais alors très longtemps.

Une histoire d’aspiration……

 

J’avais tout calculé au centimètre près. L’emplacement des machines, le parcours des tuyaux de l’aspiration mais comme dans toute nouvelle aventure les impondérables sont de mise. L’aspiration est un élément essentiel de l’atelier. A chaque machine se trouve un tuyau d’aspiration qui capte les copeaux naissants et la sciure produite lors des découpes, ponçage, rabotage…. Cela évite d’avoir des marre de sciure/copeaux autours de chaque machine et limiter la poussière. Un gain niveau ménage, des machines qui s’encrassent moins et surtout une atmosphère respirable même si des fois le masque à poussière est une obligation. Toute ces particules de bois sont évacuées dans un bac fermé à l’extérieur de l’atelier et font le bonheur de permaculteurs, amoureux des animaux…et les chutes de bois inutilisable pour l’ébénisterie ou la sculpture sont brûlées dans le poêle à bois qui est mon unique moyen de chauffage ! Pas de gaspillage en somme !

les premières connections
Aspiration avec ses manches à air pour relarguer l’air chaud dans la pièce sans la sciure (utile en somme)

Entre les machines et le bac extérieur : un dédale d’innombrable tuyaux métallique et souple. Il a fallu optimiser, trouver les bonnes angulations, les bonnes longueurs, les bons diamètres faire des adaptation de diamètre à grand coup de meuleuse et de pince. Une fois les bonnes connections établies à terre on passe à l’assemblage en hauteur sur des câbles préalablement tendus entre la mezzanine et le mur. Et là, je peux vous le dire avec ce super été, à 3 mètres 50 de haut en équilibre précaire sur un escabeau il fait très, très chaud. Quasiment un jour/ un raccordement.

En deux mois de travail 900litres

Le raccordement pas de quoi péter un câble enfin presque, quand un câble ne lâche pas en cours de route !

Après cette étape aérienne, une autre étape, l’électricité. Il faut alimenter les bêtes de plus d’une demi tonne au triphasé. Le 220V est présent dans l’atelier pour l’électroportatif mais pour les « grosses » machines le 380V est nécessaire. Pour ce faire, une « petite » intervention de l’électricien et ses stagiaires pour installer les gaines, tirer les câbles et faire le raccordement. Toujours en hauteurs forcément et toujours aussi chaud bien que moins lourd. Une fois le raccordement électrique fait on appuie sur On et on prie !! le transport, le stockage, la pose des machines d’occasion aucune certitude que ça fonctionne. 5 sur 8 était en état de fonctionnement. Pour les trois autres il a fallu un coup de pouce électrique, refaire tous les branchements pour qu’elles reviennent à la vie !

Organisation et sectorisation

Ensuite un peu d’organisation et beaucoup de fabrication de rangements ont été nécessaire pour organiser l’espace. L’atelier fait 160m2, 100m2 de parc machine, 30m2 de mezzanine et 30m2 de zone de travail à l’établi. C’est grand et petit à la fois. Il faut de la place pour circuler entre les machines et passer les grands plateaux de bois. La mezzanine c’est la pièce stockage, dessin et repos. L’essentiel y est le frigo et la machine à café ! La petite pièce est sans doute la plus importante, c’est le cœur de l’atelier où trône l’établi. C’est dans cette pièce où naissent les sculptures et les meubles prennent forme. Je passe clairement plus de temps à mon établi que dans le parc machines. Ces dernières sont indispensables mais le travail à la main c’est l’essentiel ! c’est ce qui rend chaque pièce unique !

 

Le ménage….

J’avoue sur cette tâche là je suis un peu récalcitrant, mais je ne veux pas que mon atelier ressemble à celui de mon premier stage : un tas de copeaux que dis-je une mer de copeaux, ce qui est très dangereux car ça glisse ! Pour ce faire 2 aspirateurs industriels, 2balais et un compresseur, on remonte les manches un peu tous les jours et toutes les fin de semaines un gros nettoyage ! pour maintenir de l’ordre et ne pas se laisser envahir. Louly mon loup blanc est un bon indicateur, à la couleur de son poil on voit quand il temps de faire le grand ménage. Aujourd’hui ce n’est pas encore très propre car avant l’atelier était un atelier de mécanique poids lourds mais rien à voir avec les premières semaines !

 

Les papiers :

S’installer en France c’est très compliqué, la culture de entrepreneuriat c’est pas trop ça, par contre niveau papier on est champion. Là encore faut anticiper, planifier et surtout s’adapter. Comme je vous l’ai dit dans ma présentation j’étais un sportif de haut niveau et par la force des choses et d’une blessure j’ai dû me reconvertir. J’ai fait la grosse erreur de démissionner de mon ancien boulot (vendeur dans une grande enseigne de sport). Je n’avais pas conscience que démission signifiait zéro chômage. Trop jeune pour toucher le RSA, pas assez travaillé bref je ne rentre pas dans les bonnes cases. Aucune aide de l’état ne m’a été fournie ni pour les formations ni pour l’installation. Ce n’est pas faute d’avoir demandé et fait des démarches administratives en ce sens. C’est la banque qui a accepté de me financer. Plus que dans n’importe quel pays je pense que pour s’installer faut du COURAGE ! et se BOUGER ! et CROIRE en soi même quand personne ne croit en vous ! « Tu ne vas pas y arriver, tu vas droit dans le mur, t’es trop jeune, trop vieux » autant de phrases que j’ai entendu. Dans quelques années ces même personnes diront certainement que j’ai eu de la chance de développer mon activité…

 

après toutes ces aventures me voilà prêt à envoyer du bois dans divers projets !

N’hésitez pas à me contacter pour que vos idées de meubles ou sculptures prennent vie !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *